Histoire médiévale de l'Ordre du Temple

Vieux français et langue romane

Les serments de StrasbourgLe roman de la Rose

La vie de Saint LégerLa vie de Saint Alexis

La chanson de RolandAucassin et Nicolete


 

a conquête de Constantinople en 1203

par Geoffroy de VILLEHARDOUIN chroniqueur de son temps .

Ensi se partirent del port de Corfol la veille de Pentecoste qui fu mil et deus cens anz et trois après l'incarnation Nostre Seignor Jesu Crist ; et enqui furent totes les nes ensemble et tuit li huissier et totes les galies de l'ost et assez d'altres nes de marcheanz qui avec aus s'erent aroutees ; et li jorz fu bels et clers, et li venz dols et soès, et ils laissent aler les voiles al vent. Et bien tesmoigne Joffrois, li mareschaus de Champaigne, qui ceste ovre dita, ne onques n'i menti de mot a son escient, si com cil qui a toz les conseils fu, que onques si bele chose ne fu vue. Et bien sembloit estoire qui terredeust conquerre que, tant que on pooit veoir a oil, ne pooit on veoir se voiles non de nes et de vaissiaus, si que li cuer des homes s'en esjoïssoient mult.

Ensi corurent par mer tant que il vindrent a Cademelee, a un trespas qui sor mer siet, et lors encontrerent deux nes de pelerins et de chevaliers et de serjenz qui repairoient de Surie ; et ce estoient de cels qui estoient alé al port de Marseille passer ; et quant il virent l'estoire si bele et si riche, si orent tel honte que il ne s'oserent mostrer et li cuens Baudoins de Flandres et de Hennaut envoia la barge de sa nef por savoir quels genz ce estoient et il distrent qu'il estoient. Et uns serjenz se lait correr contreval de la nef en la barge et dist a cels de la nef : "Je vous claim quite ce qui remaint en la nef dou mien, car je m'en irai avec cels, por ce que il semble bien que il doivent terre conquerre."A grant bien fu atorné al serjent et mult fu volentiers en l'ost veuz ; et, por ce, dit hom que de mil males voies poet on retorner.

Ensi corut l'oz trosque a Nigre, Nigre si est une mult bone isle et une mult bone citez que on apele Nigrepont. Enqui si pristrent conseil li baron. Si s'en ala li marchis Bonifaces de Montferrat et li cuens Baudoin de Flandres et de Hennaut, a grant partie de huissiers et de galies, avec le fil l'empereor Sursac de Costantinoble, en une isle que on apele Andre, et descendirent a terre. Si s'armerent li chevalier et corurent en la terre ; et la genz del pais vindrent a merci al fil l'empereor de Costantinoble et li donerent tant dou lor que pais fistrent a lui. Et rentrerent en lor vaissiaus et corurent par mer. Lors lor avint un grandz damages que uns halz hom de l'ost, qui avoit nom Guis li chastelains de Coci, morut et fut gitez en la mer.

Les altres nes qui n'erent mie cele part guenchies, furent entrees en Boche d'Avie, et ce est la ou li Braz Saint Jorge chiet en la grant mer. Et corurent contremont le Braz tresque a une cité que on apele Avie, qui siet sor le Braz Saint Jorge devers la Turquie, mult bele et mult bien assise. Et enqui pristrent port et descendirent a terre ; et cil de la cité vindrent encontre aus et lor rendirent la vile, si com cil qui ne s'osoient defendre ; et il firent mult bien garder, si que cil de la vile n'i perdirent vaillant un denier. Ensi sejornerent enqui huit jorz por attendre les nes et les galies et les huissiers qui estoient encore a venir, et dedenz cel sejor, pristrent des blez en la terre, que il ere moissons, et il en avoient grant mestier, car il en avoient poi. Et dedenz ces huit jors furent venu tuit li vaissel et li baron, et Diex lor dona bon tens.

Lors se partirent del port d'Avie tuit ensemble. Si peussiez veoir flori le Braz Saint Jorge contremont de nes et et de galies et de huissiers, et mult grant merveille ere la bialtez a regarder. Et ensi corurent contremont le Braz Saint Jorge, tant que il vindrent, la veille de la Saint Johan Baptiste en juin, a Saint Estene, a une abaïe qui ere a trois lieues de Costantinoble. Et lors virent tot a plain Costantinoble cil des nes et des galies et des huissiers, et pristrent port, et aancrerent lor vaissiaus.

Or poez savoir que mult esgarderent Costantinoble cil qui onques mais ne l'avoient veue ; que il ne pooient mie cuidier que si riche vile peust estre en tot le monde comme il virent ces halz murs et ces riches tors dont ele rer close tot entor a la reonde, et des riches palais et ces haltes iglyses, dont il i avoit tant que nuls nel peust croire se il ne le veist a l'oil, et le lonc et le lé de la vile qui de totes les altres ere soveraine. Et sachiez que il n'i ot si hardi cui la chars ne fremist ; et ce ne fu mie merveille, que onques si granz affaires ne fu empris de nule gent puis que li monz fu estorez.

Lors descendirent a terre li conte et li baron et li dux de Venise ; et fu li parlemenz al mostier Saint Estene. La ot maint conseil pris et doné. Totes les paroles qui la furent dites ne vos contera mie li livres ; mais la somme del conseil si fu tels que li dux de Venise se dreça en estant et lor dist : " Seignor, je sai plus del convine de cest païs que vos ne faites, car altre foiz i ai esté. Vos avez le plus grant afaire et le plus perillos entrepris que onques genz entrepreissent : por ce si covendroit que on ovrast sagement. Sachiez, se nos alons a la terre ferme, la terre est granz et large, et nostre gent sont povre et diseteus de la viande. Si s'espandront par la terre por querre la viande ; et il a mult grant plenté de la gent en païs ; si ne poriens tot garder que nos n'en perdissiens et nos n'avons mestier de perdre que mult avons poi de gent a ce que nos volons faire. Il a isles ci pres, que vos poez veoir de ci, qui sont habitees de genz et laborees de blez et de viandes et d'altres biens. Alons la prendre port, et recoillons les blez et les viandes del païs ; et quant nos arons les viandes recoillies, alomes devant la vile, et faisons ce que Nostre Sire ara porveu. Car plus seurement guerroie cil qui a la viande que cil qui n'en a point. " A cel conseil s'acorderent li conte et li baron et s'en ralerent tuit a lor nes, chascun a son vaissel.

Ensi reposerent cele nuit et al matin, le jor de la feste monseignor Saint Johan Baptiste en juin , furent drecies les banieres et li gonfanon es chastiaus des nes et les houces ostees des escuz et portendu li bort des nes. Chascuns regardoit ses armes tels com a lui covint ; que de fi sevent que par tens en aront mestier.

Chascuns prist ostel tel com il plot, et il en i avoit assez. Ensi se herberja l'oz des pelerins et des Venisiens ; et fu granz la joie de l'honor et de la victoire que Diex lor ot donee que cil qui avoient esté en poverté estoient en richesce et en delit. Ensi firent la Pasque florie et la Grant Pasque après, en cele honor et en cele joie que Diex lor ot donee. Et bien en durent Nostre Seignor loer que il n'avoient mie plus de vint mil homes armez entre uns et altres, et, par l'aïe de Dieu, si avoient pris quatre cenz mil homes ou plus, et en la plus fort vile qui fust en tot le monde qui granz vile fu et la mielz fermee.

Lors fut crié par tote l'ost, de par le marchis Boniface de Montferrat, qui sire ere de l'ost, de par les barons et de par le duxc de Venise, que toz li avoirs fust aportez et assemblez, si com il ere asseuré et juré et fait sor escomeniement ; et furent nomé li leu en trois iglyses, et la mist on gardes des François et des Venisiens, des plus loiaus que on pot trover. Et lors comença chascuns a apporter le gaaing et a mettre ensemble. Li uns aporta bien et li altres malvaisement que Convoitise, qui est racine de toz mals, ne laissa, ainz comencierent d'enqui en avant li convoitous a retenir des choses et Nostre Sire les comença mains a amer. Ha ! Diex, com s'estoient loialement demené trosque a cel point et Dam Diex lor avoit bien mostré que de toz lor affaires ls avoit honorez et essauciez sor tote l'altre gent. Et maintes foiz ont damage li bon por les malvais.


 La première croisadeLa naissance de l'Ordre du Temple Les croisades

Une chevalerie ense et libroLes mystères templiersL'anéantissement

La résurrectionLes roisUn Ordre régulierLa malédiction

L'attentat d'AnagniLes bulles pontificalesLe fleuron de la chevalerie

Le cantique des cantiquesLa papautéL'épée du juste

Le fourniment du chevalierPamphlet

L'influence d'Augustin

Le sceau de Bernard Les grands Maîtres

La prière des templiers


De laude novae militiae ad milites templi

  Accueil


Le Templier de Dieu





courriel

Per salut de nostras animas e de nostres paires

photo jb

Histoire médiévale de l'Ordre du Temple est déclarée à la CNIL sous le N°1173720