Histoire médiévale de l'Ordre du Temple

a chanson de Roland

extraits choisis

(1075/1100)

La mort de Roland

Rollant ferit en une perre bise.

Plus en abat que jo ne vos sai dire.

L'espee cruist, ne fruisset ne ne brise,

Cuntre ciel amunt est resortie.

Quant veit li quens que ne la freindrat mie,

Mult dulcement la pleinst a sei meïsme :

"E! Durendal, cum es bele e seintisme!

En l'oriet punt asez i ad reliques,

La dent seint Pierre e del sanc seint Basilice

E des chevels mun seignor seint Denise,

Del vestement i ad seinte Marie :

Il nen est dreiz que paiens te baillisent :

De chrestiens devez estre servie.

Ne vos ait hume ki facet cuardie!

Mult larges teres de vus avrai cunquises,

Que Carles tent, ki la barbe ad flurie,

E li emperes en est ber e riches."

 

ço sent Rollant que la mort le tresprent,

Devers la teste sur le quer li descent.

Desuz un pin i est alet curant,

Sur l'erbe verte s'i est culchet adenz,

Desuz lui met s'espee e l'olifan,

Turnat sa teste vers la paiene gent:

Pur ço l'at fait que il voelt veirement

Li gentilz quens, qu'il fut mort cunquerant.

Cleimet sa culpe e menut e suvent,

Pur ses pecchez Deu en puroffrid lo guant.

 

ço sent Rollant de sun tens ,n'i ad plus.

Devers Espaigne est en un pui agut,

A l'une main si ad sun piz batud :

"Deus, meie culpe vers les tues vertuz

De mes pecchez, des granz e des menuz,

Que jo ai fait des l'ure que nez fui

Tresqu' a cest jur que ci sui consoüt!""

Sun destre guant en ad vers Deu tendut.

Angles des ciel i descendent a lui.

 

Li quens Rollant se jut desuz un pin;

Envers Espaigne en ad turnet sun vis.

De plusurs choses a remembrer li prist,

De tantes teres cum li bers cunquist,

De dulce France, des humes de sun lign,

De Carlemagne, sun seignor, kil nurrit;

Ne poet muer ,'en plurt e ne suspirt.

Mais lui meïsme ne volt mettre en ubli,

Cleimet sa culpe, si priet Deu mercit :

"Veire Patene, ki unkes ne mentis,

Seint Lazaron de mort resurrexis,

E Daniel des leons guaresis,

Guaris de mei l'anme de tuz perilz

Pur les pecchez que en ma vie fis!"

Sun destre guant a Deu en puroffrit.

Seint Gabriel de sa main l'ad pris.

Desur sun braz teneit le chef enclin ;

Juntes ses mains est alet a sa fin.

Deu tramist sun angle Cherubin

E seint Michel del Peril;

Ensembl' od els sent Gabriel i vint.

L'anme del cunte portent en pareïs.

 

 

 

Templiers histoire médiévale de l'ordre du temple

La prise de ConstantinopleLes serments de Strasbourg

Le roman de la RoseLa vie de Saint Léger

La vie de saint AlexisAucassin et Nicolete

 

 La première croisade La naissance de l'Ordre du Temple

Une chevalerie ense et libro Les mystères templiers L'anéantissement

La résurrection Les rois Un Ordre régulier La malédiction

L'attentat d'Anagni Les bulles pontificales Le fleuron de la chevalerie

Le cantique des cantiquesLa papauté L'épée du juste

Le fourniment du chevalier Pamphlet Les croisades 

L'influence d'Augustin

Le sceau de Bernard Les grands Maîtres

La prière des templiers

De laude novae militiae ad milites templi

  Accueil




Le Templier de Dieu

Contant l'histoire de l'Ordre du Temple
Au travers de la vie aventureuse et mystérieuse d'un preux Templier

 Templiers histoire médiévale de l'ordre du temple

 

Templiers histoire médiévale de l'ordre du temple

Per salut de nostras animas e de nostres paires

 

Templiers histoire médiévale de l'ordre du temple

Histoire médiévale de l'Ordre du Temple est déclarée à la CNIL sous le N°1173720